En Maud' Naturo
Naturopathie à Lyon

En Maud' Naturo, naturopathie à Lyon

La micronutrition du sportif par Gautier DURANT

Interview

Le sport, l'un des piliers indispensable à notre équilibre physique et psychique.

L’activité physique est l'un des piliers de notre santé. Pourtant, les bénéfices ne doivent pas faire oublier les risques. Chaque médaille a son revers et le sport n'y échappe pas, surtout si sa pratique est intensive. Pour en savoir plus sur les bénéfices et les éventuelles conséquences défavorables de l'activité sportive, je vous invite à découvrir l'excellente interview de Gautier DURANT, phytothérapeute et micronutritionniste spécialisé dans l'accompagnement du sportif. Que vous soyez pratiquant amateur, confirmé ou athlète de haut niveau, cet article vous intéressera par sa richesse informative tout en restant accessible à tout un chacun. 

 

Bonjour, peux-tu te présenter stp ?

Bonjour. Je m’appelle Gautier Durant, j’ai 30 ans et j’exerce la profession de micronutritionniste et de phytothérapeute.

Les consultations se font à Charbonnières-les-Bains, voire en visio si besoin.

Peux-tu présenter ton activité ? Depuis combien de temps exerces-tu ? 

Mes consultations sont essentiellement centrées sur la micronutrition et la phytothérapie. Pour ceux qui ne connaissent pas, je vous mets en lien une description assez simple de ce que sont ces thérapies.

J’exerce en tant que thérapeute depuis 7 ans; et en tant que formateur, essentiellement pour des professionnels de santé, depuis 5 ans.

Quel a été ton parcours ?

Après avoir fait un BAC avec option sport, et un passage rapide en école d’ingé, j’ai décidé de revenir aux origines, et donc de me réorienter vers le STAPS (faculté de sport).

Le but était d’avoir une licence dans l’entrainement sportif pour devenir coach sportif. Je voulais aider les gens (sportifs ou non) à atteindre leurs objectifs (perte de poids, gain de force…).

La licence STAPS étant assez pauvre en contenu sur la partie alimentation, j’ai décidé d’en apprendre plus en m’inscrivant à un DU.

La chance que j’ai eu, c’est d’avoir été accepté à celui de Poitiers (diplôme universitaire avec pour intitulé « nutrition, micronutrution, sport et santé »), animé par Denis Riché, où j’ai pu en apprendre plus sur la nutrition, mais surtout découvrir la micronutrition.

Ça a été une révélation pour moi. 

Est-ce que tu reçois uniquement des sportifs en consultation ou un public plus large ?

En fait, suite au diplôme, j’ai arrêté d’exercer en tant que coach sportif pour me focaliser essentiellement sur la micronutrition et la phytothérapie.

Je me suis rendu compte qu’on pouvait utiliser ces disciplines dans énormément de problématiques : perte de poids, prise de masse, mais aussi arthrose, problème de sommeil, infections chroniques, maladies auto immunes, cancers…

Donc j’ai vraiment lâché la partie sport, et j’ai accompagné tout type de public avec tout type de pathologie vers une meilleure santé physique et psychique.

Je ne suis revenu au sport que récemment, après avoir rencontré Ludovic Perge. Lui étant un préparateur physique de haut niveau, il avait des sportifs qui enchainaient pas mal de problèmes. On s’est donc mis à collaborer pour les ramener à leur plus haut niveau.

Pour quel genre de problématique les sportifs viennent-ils te consulter ? Les sportifs de haut niveau présentent-ils une problématique particulière qui nécessite un accompagnement micronutritionnel ?

En fait un sportif, c’est comme une personne lambda. La seule vraie différence est que leur corps est soumis à des contraintes bien plus élevées que la moyenne, et s’ils n’ont pas ajusté leur alimentation en fonction, les problématiques arrivent plus vite.

Chaque sportif a comme objectif d’améliorer ses performances. Mais en réalité, réaliser de bonnes performances quand on est stressé, régulièrement malade et qu’on ne dort pas bien, ce n’est pas possible.

La première étape est donc d’optimiser leur état de santé afin qu’ils expriment enfin 100% de leur potentiel.

 

Et pour les sportifs dits "amateurs" ?

Pour les sportifs amateurs, la problématique est la même. Sauf que la plupart n’ont pas un staff (médecin, diététicien, kiné…) derrière eux qui peuvent les guider. Donc ils peuvent facilement faire des erreurs de nutrition ou sur le plan de l’entrainement qui les amènent à de la désadaption (moins bonne performance, fatigue, risque de blessures augmentées…).

Pour en venir à ma thématique de prédilection, peux-tu nous parler précisément de l’importance de s’occuper de l’écosystème intestinal des sportifs ?

Plusieurs choses sont à prendre en compte, et je ne rentrerai pas dans le détail exhaustif, sinon il faudrait écrire un livre.

Le phénomène d’ischémie-reperfusion intestinale, auquel sont soumis les sportifs finit par rapidement agresser la muqueuse intestinale ce qui engendre une hyperperméabilité intestinale. Cela aura comme conséquence une moins bonne assimilation des micronutriments (fer, zinc…) indispensables à la santé.

D’autre part, la flore intestinale en sera perturbée, ce qui va amener à une dysbiose. Cette dernière affectera l’équilibre immunitaire, mais aussi l’équilibre cérébral en engendrant du stress, de l’anxiété…

Un autre point important est l’apparition d’une inflammation de fond, consécutive à l’hyperperméabilité intestinale et à la dysbiose.

Je n’ai pas évoqué toutes les conséquences, mais déjà, ça nous montre les réactions en chaine que peut engendrer le sport s’il n’est pas bien accompagné par une prise en charge micronutritionnelle.

 

Quelle fausse croyance, notion erronée ou mythe constates-tu en consultation ?

Je pense qu’il est intéressant d’en développer principalement 2 :

  1. Attention au gras

C’est une phrase que j’entends souvent. La plupart des sportifs fuit les matières grasses par peur de prendre du poids.

Pourtant, cela fait longtemps qu’il a été démontré que tous les acides gras ne sont pas équivalents. Autant se méfier de ses apports en oméga 6 est primordial (car ils augmentent l’inflammation et la lipogenèse), autant négliger les oméga 3 est particulièrement délétère pour les sportifs. En effet, ces derniers permettent de faire baisser l’inflammation, réparent l’intestin endommagé par le sport, et codent des gènes impliqués dans la lipolyse (donc la fonte de graisse superflue est accélérée avec les oméga 3).

  1. Boisson d‘effort

Beaucoup de sportifs pensent que prendre une boisson d’effort à l’entrainement ou en compétition n’est pas nécessaire.

Notre boisson d’effort a en fait un rôle sur la performance. Elle va permettre de maintenir ses capacités physiques à leur meilleur niveau pendant plus longtemps. Cela s’explique par l’activité des enzymes. Si vous voulez en savoir plus sur cette partie, je vous invite à visionner la vidéo ci-dessous :

Mais notre boisson d’effort a aussi et surtout un rôle important dans la préservation de la santé du sportif. Enormément d’études sont sorties sur le sujet, et on peut en tirer les conclusions suivantes :

  • Elle permet de limiter le phénomène d’ischémie reperfusion
  • Elle permet de limiter l’attaque des cellules par les radicaux libres
  • Elle permet de limiter « l’open window phenomenon ». C’est la période pendant laquelle un sportif est plus sensible aux infections à la suite d’une session de sport.

La prise de boisson d’effort pendant le sport n’est donc pas à négliger. Surtout qu’elle n’engendrera pas de prise de poids étant donné que l’insuline ne se déclenche pas lors de l’activité physique.

Quels signes peuvent indiquer qu’un sportif a besoin d’une supplémentation micronutritionnelle ?

Tout changement négatif sur le plan sportif (plafonnement ou baisse des performances, blessures…) peut nous faire penser qu’il y a un problème au niveau micronutritionnel.

En fait, il faut savoir que dans le domaine du sport, l’intérêt principal de l’entraînement est de créer des adaptations (= ensemble des modifications, le plus souvent invisibles à l’œil nu, qui surviennent en réponse à l’entraînement et améliorant durablement les compétences de l’organisme).

Ces adaptations permettent de devenir plus fort, plus endurant, plus rapide, plus souple, plus apte à faire face à la chaleur, au froid, au décalage horaire…

Deux exemples :

  • Augmentation suite à l’entraînement de la teneur en myoglobine (protéine proche de l’hémoglobine qui véhicule l’oxygène dans le sang) du muscle. Grâce au fer, elle fixe l’oxygène. L’augmentation de la teneur en myoglobine permet de stocker plus d’oxygène, ce qui est nécessaire pour pouvoir varier efficacement les intensités sans être en anaérobie. Bien entendu, pour que cette amélioration soit utile, elle nécessite une teneur en fer suffisante dans l’organisme.
  • Augmentation suite à l’entraînement de la teneur en enzymes antioxydantes, afin de se protéger contre la surconsommation d’oxygène. Leurs interventions sont nécessaires pour maintenir un niveau de stress oxydant acceptable (afin d’éviter les blessures). Encore une fois, pour que ces améliorations soient utiles, elles nécessitent des teneurs en fer, zinc, sélénium et manganèse suffisantes.

L’entraînement induit des améliorations grâce à l’augmentation du nombre d’enzymes. Mais ces enzymes ont besoin « d’adjoints » pour être efficaces, et ces adjoints sont les micronutriments (fer, zinc…)

De même, tout changement négatif sur le plan de la santé (mauvais sommeil, stress accru, fatigue, douleurs…) fait penser à un problème micronutritionnel.

Pourrais-tu donner 3 conseils de base aux sportifs (et aux autres) ?

  • Le premier conseil, et probablement le plus important est l’utilisation d’une boisson d’effort.

 

  • Ensuite, prenez en compte le temps de transit gastrique des aliments. Plus vous mangez quelque chose qui reste longtemps dans l’estomac, avant une compétition ou un entrainement, et plus cet aliment perturbera vos performances. Je vous mets une image ci-dessous :
  • Et enfin, faites attention aux symptômes qui peuvent apparaitre avec le temps. Ou fiez-vous aux prises de sang pour savoir où vous en êtes !

Le but du sport est d’aller mieux et d’avoir de meilleures performances. Pas de se ruiner la santé ou entrer dans du « surentrainement ».

Peux-tu nous parler de ta formation en partenariat avec Ludovic Perge Performance ? A qui s’adresse cette formation ? Quelles sont les connaissances inculquées dans ce cursus ? Quels formateurs interviennent ? Dates des prochaines inscriptions ?

J’ai créé en partenariat avec Ludovic Perge une formation en ligne sur la prise en charge en micronutrition/phytothérapie de la perte de poids. Cette formation est destinée aux coachs et donne pas mal de clés pour gérer les problématiques cachées (base de la macronutrition, thyroïde, syndrome métabolique, cortisol et neurotransmetteurs). Pour plus d’infos, je vous mets le lien ci-dessous :

On propose aussi des formations en présentiel qui s’adressent à tout type de public.

 

Pour l’année 2021-2022, on a prévu d’organiser 3 journées de formation en nutrition/micronutrition/phytothérapie. Je resterai l’intervenant référant, mais on fera venir Will Janssens, Ludovic Rondini et Denis Riché pour qu’ils puissent partager leurs compétences et expériences sur différents sujets.

 

Nous proposerons lors de l’année 2022-2023 une formation complète de plus de 100 heures sur la nutrition/micronutrition/phytothérapie. Elle vous permettra d’avoir suffisamment d’heures de cours pour vous déclarer micronutritionniste et être assuré. De plus, elle est créée de manière à ce que vous ayez tout le contenu suffisant pour prendre en charge de manière parfaitement autonome vos clients.

Je vous mets le lien vers le programme détaillé ci-dessous. Les dates changeront pour 2022-2023.

Il m’arrive aussi de faire des formations en petit groupe pour des coachs sportifs dans les salles de sport. Donc si vous êtes intéressés, n’hésitez pas à me contacter.

En attendant, si vous le souhaitez, j’ai déjà monté pas mal de partenariats avec des coachs. Quand ils sentent que leurs clients ont des problématiques que je pourrais traiter, ils me les envoient pour une consultation. Vous pouvez m’envoyez un mail si cela vous intéresse.

Le fait d’associer le coaching sportif et la nutrition/micronutrition/phytothérapie permet d’avoir de meilleurs résultats.

                                                                         Un dernier mot ?                                      Comment te contacter ?

 

J’essaye de poster des vidéos et des articles sur les réseaux quand j’ai le temps de me poser dessus. Donc n’hésitez pas à aller voir de temps en temps si vous voulez en savoir plus sur la micronutrition et la phytothérapie.


Articles similaires

Inscrivez-vous à la newsletter pour ne pas rater les prochains articles !

Envoyé !

Derniers articles

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Medoucine

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.